La Raison dépossédée: intentionnalité et liberté face à l'Autre chez Lévinas et Sartre / VASARI, GIORGIA. - In: BULLETIN D'ANALYSE PHENOMENOLOGIQUE. - ISSN 1782-2041. - 2(2020), pp. 42-57. ((Intervento presentato al convegno Les expériences de la Raison et de la liberté tenutosi a Liège.

La Raison dépossédée: intentionnalité et liberté face à l'Autre chez Lévinas et Sartre

Giorgia Vasari
2020

À la lumière des déplorables événements qui ont marqué l’histoire occidentale, de nombreux intellectuels des années 1930 se sont interrogés sur la rationalité de l’histoire, la souveraineté de la Raison et le rôle de la liberté humaine. C’est dans ce contexte intellectuel que, prolongeant une réflexion inaugurée vingt ans plus tôt, Emmanuel Lévinas remarque en 1947 une « divergence entre les événements et l’ordre rationnel », tout en dénonçant « l’inaptitude de l’intel-ligence à ce qui devait en être la fonction essentielle ». À la même période, Jean-Paul Sartre s’explique à propos d’un nouveau sens de l’humanisme fondé sur la liberté humaine. Cette liberté est le revers du fait incontournable de la contingence du réel — de son absence de rationalité — qui nourrit la pensée sartrienne dès ses tous débuts, dans les années 1920, lorsque son auteur constate l’impossibilité de rencontrer la nécessité dans le monde. Je propose de comparer certains aspects des philosophies de Lévinas et de Sartre sur ce thème, à savoir, le rapport entre Raison et liberté. Le choix de rapprocher ces deux penseurs malgré leurs différences est motivé, d’une part, par leur commune appartenance au mouvement phénoménologique, et, d’autre part, plus spécifiquement, par l’attention que l’un et l’autre accordent à l’intentionnalité husserlienne. En effet, je retiens que la manière dont Lévinas et Sartre s’approprient cette notion clef permet de comprendre les similitudes et les différences entre leurs philosophies respectives. Bien plus, elle enveloppe une nouvelle conception des rapports entre Raison et liberté. J’aborderai la question en deux temps. D’une part, je soutiendrai que Sartre et Lévinas opèrent non seulement de concert une analyse de la souveraineté de la Raison qui s’attaque principalement à l’idéalisme dans son acception la plus large, mais exploitent aussi, au sein de la phénoménologie qu’ils réélaborent tout en la découvrant, le concept husserlien d’intentionnalité, qui doit théoriser la possibilité d’une « sortie » — d’une « évasion » ou d’un « désengluement » — de l’être. D’autre part, j’exposerai les appropriations de l’intentionnalité qui furent réalisées par Lévinas et Sartre. J’examinerai ainsi la manière dont s’articulent chez eux les concepts de Raison et de liberté. Cette articulation sera examinée sous deux points de vue différents. J’analyserai d’abord la forme qu’elle prend au sein des relations qui unissent la conscience et le monde. Ensuite, j’indiquerai comment elle évolue à l’intérieur d’un autre contexte : celui des relations intersubjectives qui unissent deux consciences.
File allegati a questo prodotto
File Dimensione Formato  
Vasari_La-Raison-dépossédée.pdf

accesso aperto

Tipologia: Versione editoriale (versione pubblicata con il layout dell'editore)
Licenza: Tutti i diritti riservati (All rights reserved)
Dimensione 206.41 kB
Formato Adobe PDF
206.41 kB Adobe PDF Visualizza/Apri PDF

I documenti in IRIS sono protetti da copyright e tutti i diritti sono riservati, salvo diversa indicazione.

Utilizza questo identificativo per citare o creare un link a questo documento: https://hdl.handle.net/11573/1386780
Citazioni
  • ???jsp.display-item.citation.pmc??? ND
  • Scopus ND
  • ???jsp.display-item.citation.isi??? ND
social impact