Isocrate, Gorgias et Xénophon : réflexions sur le genre et la fonction des λόγοι