Orphée, Ovide et les “pathosformeln à l’antique"