Muses, clientes et maitres d’ouvrages, conceptrices. Les rôles des femmes dans la transformation de l’espace publique. Conference de Claudia Mattogno, ENSAPVS, Paris 24 AVRIL 2019 Au cours de l'histoire, de nombreux rôles ont été assignés aux femmes pour les limiter dans des enclos où demeurer sous contrôle, où il était impossible de poser des questions ou d'agir de manière indépendante. Certaines d'entre nous ont recouvert le rôle de Musa pendant des siècle. Notre malgré, le rôle de Musa nous a fait entrer dans l'histoire sous des formes souvent idéalisées dans lequel a été souligné seulement l'aspect du charme et de la séduction et ses relations complexes de dépendance. Au XIXe siècle, certaines relations se sont cristallisées, comme celle entre les espaces publics et privés, tandis que certains rôles ont été codifiés, avec l'organisation d'espaces urbains et domestiques. Mais la modernité a ouvert de nouvelles voies et de nouvelles opportunités d’emploi. Le vingtième siècle a été riche en changements et surtout pour les femmes, entrainant des importantes modifications à la fois dans les manières d'être et dans les relations avec le monde. Notre position dans le marché du travail a changé, nous permettant, malgré mille problèmes et difficultés, d’acquérir une certaine autonomie et une certaine indépendance économique. Certaines d‘entre nous sont devenues des puissantes clientes et dans les premières décennies du XXe siècle, des femmes compétentes ont permis la réalisation des maisons parmi les plus célèbres de l'histoire du Mouvement moderne. Enfin, entre la fin du 19ème siècle et les premières décennies du 20ème siècle, les écoles d'architecture ont ouvert leurs portes aux femmes, non sans difficulté quand même. Le même nom d'ArchitectA rencontre des difficultés pour se répandre en Italie. La version féminine de ce nom est souvent rejetée parce qu'il est considéré comme un néologisme cacophonique et non indispensable, mais utiliser la forme féminine d'architecte signifie rendre évidente la modification d'une structure conceptuelle. Le langage exprime des significations historiques, sociales et symboliques ainsi que des processus d'organisation mentale. La langue exprime la culture et l'organisation sociale et il est donc important des rendre visibles les changements survenus au cours du XXe siècle. Toutefois, les femmes architectes sont invisibles dans les livres d’histoire. Le récit dominant, principalement masculin, a laissé es femmes trop souvent en marge de l’histoire. Les livres d'histoire de l'architecture jouent un rôle important dans la transmission de la culture, des normes et des valeurs de la discipline architecturale aux nouveaux arrivants. Ces dernières années, de nombreuses publications ont mis en lumière l’importance des femmes en tant que critiques, créatrices et consommatrices de l’environnement bâti. Cependant, dans quelle mesure ce récent discours sur le genre est-il inclus dans les textes d'histoire architecturale? Plusieurs études ont examiné les textes d'histoire plus couramment assignés dans les écoles d'architecture et on a révélé que les contributions des femmes ne sont que marginalement représentées dans le grand récit de l'architecture. Il est nécessaire désormais établir un nouveau récit avec un point de départ fondé sur les généalogies de genre L'historiographie féminine nécessite un travail patient d'organisation de la mémoire. Il est nécessaire d'envisager un nouveau récit. Connaître, nommer, se souvenir des femmes qui ont étudié et pratiqué l’architecture, faire ressortir les collaborations qu’elles ont eues, rétablir les attributions des travaux exécutés dans les agences, sont autant des étapes fondamentales pour recomposer une indispensable identité de genre, pour assumer la conscience d’un rôle à jouer dans la profession L’organisation de ma conference. La colonne visuelle que j'ai préparée illustre un bon nombre d'architectes et montre leur visage. Cela les fait connaître et les rend présents. Mais je ne suis pas une historienne et ma méthode de travail n’implique pas l'étude systématique et en profondeur qui est typique des disciplines de l'historie. Je suis une urbaniste et mon approche est inclusive et horizontale. Cet un approche qui aimerait embrasser la totalité du monde et par conséquent néglige, parfois, les détails pour se concentrer sur les synergies et les relations dans une vision élargie des choses. Ne pensez donc pas à trouver ici une séquence complète de figures de manière chronologique. Ma présentation ne sera pas exhaustive, mais plutôt partielle, voire incomplète. Ce n'est qu'une trace, une première étape pour construire une généalogie et trouver des racines. Je vais vous montrer les visages de femmes architectes, souvent accompagnés d'une de leurs œuvres. Les séquences se déroulent de manière thématique et reprennent des suggestions formulées selon des critères qui pourraient même paraître contradictoires. La plupart de ces architectes pourraient figurer sur plusieurs listes différentes. Nous allons rencontrer des pionnières et des affirmés; des femmes militantes et des femmes qui ont travaillé loin de la lumière; des architectes travaillant en couple et celles ayant ouvert une agence indépendante; celles qui ont reçu des prix et celle qui démarrent, des collectifs et des ajointes aux maires, des paysagistes et des réformistes. Au final, je vous présente un petit nombre d'Italiennes, qui méritent d'être mieux connues. Pas des françaises, bien sûr: il m'aurait été trop difficile de démêler un fil plein de présences et j'aurais risqué plus qu'un incident diplomatique ... Certains d'entre elles n'ont même pas de photo. Impossible de trouver une photo d'elles sur le Web .... Et oui, cette simple circonstance nous fait comprendre à quel point nous devons affronter le thème de l'histoire des femmes en architecture et combien de travail nous reste à faire.

Muses, ciientes et maitres d'ouvrage, conceptrices. Le role des femmes dans la transformation de l'espace physique / Mattogno, Claudia. - (2019). ((Intervento presentato al convegno Muses, clientes et maitres d'ouvrage. Les roles des femmes dans la transformation de l'espace physique tenutosi a Parigi. Ecole Nationale Superieure d'Archietcture de Paris Val de Seine.

Muses, ciientes et maitres d'ouvrage, conceptrices. Le role des femmes dans la transformation de l'espace physique.

Mattogno, Claudia
2019

Abstract

Muses, clientes et maitres d’ouvrages, conceptrices. Les rôles des femmes dans la transformation de l’espace publique. Conference de Claudia Mattogno, ENSAPVS, Paris 24 AVRIL 2019 Au cours de l'histoire, de nombreux rôles ont été assignés aux femmes pour les limiter dans des enclos où demeurer sous contrôle, où il était impossible de poser des questions ou d'agir de manière indépendante. Certaines d'entre nous ont recouvert le rôle de Musa pendant des siècle. Notre malgré, le rôle de Musa nous a fait entrer dans l'histoire sous des formes souvent idéalisées dans lequel a été souligné seulement l'aspect du charme et de la séduction et ses relations complexes de dépendance. Au XIXe siècle, certaines relations se sont cristallisées, comme celle entre les espaces publics et privés, tandis que certains rôles ont été codifiés, avec l'organisation d'espaces urbains et domestiques. Mais la modernité a ouvert de nouvelles voies et de nouvelles opportunités d’emploi. Le vingtième siècle a été riche en changements et surtout pour les femmes, entrainant des importantes modifications à la fois dans les manières d'être et dans les relations avec le monde. Notre position dans le marché du travail a changé, nous permettant, malgré mille problèmes et difficultés, d’acquérir une certaine autonomie et une certaine indépendance économique. Certaines d‘entre nous sont devenues des puissantes clientes et dans les premières décennies du XXe siècle, des femmes compétentes ont permis la réalisation des maisons parmi les plus célèbres de l'histoire du Mouvement moderne. Enfin, entre la fin du 19ème siècle et les premières décennies du 20ème siècle, les écoles d'architecture ont ouvert leurs portes aux femmes, non sans difficulté quand même. Le même nom d'ArchitectA rencontre des difficultés pour se répandre en Italie. La version féminine de ce nom est souvent rejetée parce qu'il est considéré comme un néologisme cacophonique et non indispensable, mais utiliser la forme féminine d'architecte signifie rendre évidente la modification d'une structure conceptuelle. Le langage exprime des significations historiques, sociales et symboliques ainsi que des processus d'organisation mentale. La langue exprime la culture et l'organisation sociale et il est donc important des rendre visibles les changements survenus au cours du XXe siècle. Toutefois, les femmes architectes sont invisibles dans les livres d’histoire. Le récit dominant, principalement masculin, a laissé es femmes trop souvent en marge de l’histoire. Les livres d'histoire de l'architecture jouent un rôle important dans la transmission de la culture, des normes et des valeurs de la discipline architecturale aux nouveaux arrivants. Ces dernières années, de nombreuses publications ont mis en lumière l’importance des femmes en tant que critiques, créatrices et consommatrices de l’environnement bâti. Cependant, dans quelle mesure ce récent discours sur le genre est-il inclus dans les textes d'histoire architecturale? Plusieurs études ont examiné les textes d'histoire plus couramment assignés dans les écoles d'architecture et on a révélé que les contributions des femmes ne sont que marginalement représentées dans le grand récit de l'architecture. Il est nécessaire désormais établir un nouveau récit avec un point de départ fondé sur les généalogies de genre L'historiographie féminine nécessite un travail patient d'organisation de la mémoire. Il est nécessaire d'envisager un nouveau récit. Connaître, nommer, se souvenir des femmes qui ont étudié et pratiqué l’architecture, faire ressortir les collaborations qu’elles ont eues, rétablir les attributions des travaux exécutés dans les agences, sont autant des étapes fondamentales pour recomposer une indispensable identité de genre, pour assumer la conscience d’un rôle à jouer dans la profession L’organisation de ma conference. La colonne visuelle que j'ai préparée illustre un bon nombre d'architectes et montre leur visage. Cela les fait connaître et les rend présents. Mais je ne suis pas une historienne et ma méthode de travail n’implique pas l'étude systématique et en profondeur qui est typique des disciplines de l'historie. Je suis une urbaniste et mon approche est inclusive et horizontale. Cet un approche qui aimerait embrasser la totalité du monde et par conséquent néglige, parfois, les détails pour se concentrer sur les synergies et les relations dans une vision élargie des choses. Ne pensez donc pas à trouver ici une séquence complète de figures de manière chronologique. Ma présentation ne sera pas exhaustive, mais plutôt partielle, voire incomplète. Ce n'est qu'une trace, une première étape pour construire une généalogie et trouver des racines. Je vais vous montrer les visages de femmes architectes, souvent accompagnés d'une de leurs œuvres. Les séquences se déroulent de manière thématique et reprennent des suggestions formulées selon des critères qui pourraient même paraître contradictoires. La plupart de ces architectes pourraient figurer sur plusieurs listes différentes. Nous allons rencontrer des pionnières et des affirmés; des femmes militantes et des femmes qui ont travaillé loin de la lumière; des architectes travaillant en couple et celles ayant ouvert une agence indépendante; celles qui ont reçu des prix et celle qui démarrent, des collectifs et des ajointes aux maires, des paysagistes et des réformistes. Au final, je vous présente un petit nombre d'Italiennes, qui méritent d'être mieux connues. Pas des françaises, bien sûr: il m'aurait été trop difficile de démêler un fil plein de présences et j'aurais risqué plus qu'un incident diplomatique ... Certains d'entre elles n'ont même pas de photo. Impossible de trouver une photo d'elles sur le Web .... Et oui, cette simple circonstance nous fait comprendre à quel point nous devons affronter le thème de l'histoire des femmes en architecture et combien de travail nous reste à faire.
File allegati a questo prodotto
Non ci sono file associati a questo prodotto.

I documenti in IRIS sono protetti da copyright e tutti i diritti sono riservati, salvo diversa indicazione.

Utilizza questo identificativo per citare o creare un link a questo documento: http://hdl.handle.net/11573/1429757
 Attenzione

Attenzione! I dati visualizzati non sono stati sottoposti a validazione da parte dell'ateneo

Citazioni
  • ???jsp.display-item.citation.pmc??? ND
  • Scopus ND
  • ???jsp.display-item.citation.isi??? ND
social impact