Ovide et la permanence du chaos